Vous n'êtes pas adhérent ?Adhérez
14/03/2017

EFREIGHT, des paroles aux actes

EFREIGHT, des paroles aux actesLe programme eFreight n’est pas nouveau en soi car lancé il y a déjà plus de 10 ans par IATA l’organisation internationale des compagnies aériennes avec le soutien actif de FIATA l’organisation mondiale des commissionnaires de transport et représentants en douane et du CLECAT ainsi que d’autres organisations professionnelles du secteur du fret aérien.

Le décollage a bien eu lieu entre les compagnies aériennes et leurs clients commissionnaires de transport mais n’a pas encore atteint son rythme de croisière, des efforts sont encore à fournir mais chacun des acteurs en présence y contribue.

EFREIGHT, des paroles aux actesEn 2017, l’objectif reste bien le même : dématérialiser un maximum de documents papiers qui accompagnent les marchandises physiques pour gagner en coût de traitement et en efficience opérationnelle (plus de fluidité le long de la chaîne et dans le traitement du fret au sol notamment).

Des avancées significatives ont déjà eu lieu, tirées en cela par les aéroports d’Asie à la pointe en la matière (Hong-Kong, Shangaï et Singapour 1er, 2ème et 3ème), cependant les aéroports européens ne sont pas en reste avec Amsterdam, Paris-CDG et Francfort dans le top 10 en termes de taux d’eAirwaybill (LTA électroniques) produites à l’export [Stats IATA December 2016 – Top 10 airports of origine].

Il est possible d’identifier un certain nombre de points d’amélioration :

  • Un affichage plus clair des gains obtenus au passage à l’efreight par rapport à l’utilisation du papier
  • Un travail sur les preuves de responsabilité lors du transfert électronique de l’expédition entre le commissionnaire de transport et la compagnie aérienne
  • Un travail accru sur l’interropérabilité des systèmes informatiques et les standards de messages échangés
  • Une augmentation significative de réception et d’échanges de messages de type cargo-XML entre le commissionnaire de transport et la compagnie aérienne


Le marché France n’est pas singulier en la matière comparé aux autres places européennes et rien n’est insoluble à ce constat rapide.

EFREIGHT, des paroles aux actes

Des exemples de facilitation sont aujourd’hui observables et montrent qu’avec un  process  bien rodé et une qualité des données de 100% entre les opérateurs, le gain de temps et la fluidité lors de l’acceptation du fret à l’arrivée en magasins compagnies aériennes est  optimale (8mn en moyenne pour un remettant à forte volumétrie en période de pick hebdomadaire).

Il n’en reste pas moins encore beaucoup de travail à accomplir par l’ensemble des acteurs de la chaîne, du chargeur au commissionnaire de transport, de la compagnie aérienne à son agent de handling, sans oublier l’implication qui doit demeurer importante des administrations douanières, de l’aviation civile, du cargo community system aérien CIN France, et plus globalement de l’ensemble des organisations européennes et internationales investies sur le sujet (IATA, FIATA, OMD, CLECAT, AEA, ESC).

Pour conclure ...

TLF OverseasTLF Overseas est active sur le dossier au plan national (notamment avec Air France Cargo, SYCAFF,  Groupe ADP, Direction des Douanes), européen (avec  CLECAT) et international (avec  FIATA) depuis déjà plusieurs années et a déjà organisé quantité de réunions, forums et groupes de travail pour avancer avec l’ensemble des professionnels et des administrations parties prenantes au programme (direction interrégionale des douanes de Roissy et direction générale de l’aviation civile), sans oublier l’apport du ccs aérien CIN France, vecteur  IT indispensable pour le passage du general cargo vers  des process dématérialisés et services digitaux.

Le travail se poursuit en 2017 avec l’ensemble des acteurs publics et privés du fret aérien, avec le double objectif de lever certains blocages récurrents et d’essaimer pour qu’un plus grand d’opérateurs fassent preuve de dynamisme.

Ceci est gage de performance pour l’activité general cargo sur l’ensemble des plateformes de métropole et d’outre-mer.

Au regard de la concurrence internationale et de l’arrivée de nouveaux entrants sur le marché il n’y a pas le choix, et le temps presse !

Délégué Commission Aérienne : Florent NobletAuteur

Florent Noblet
Délégué Aérien - TLF Overseas
fnoblet@e-tlf.com

EFREIGHT, des paroles aux actes was last modified: mars 17th, 2017 by Union TLF