Vous n'êtes pas adhérent ?Adhérez
15/12/2015

Le secteur de la messagerie durement frappé par une décision de l’Autorité de la concurrence

Communique de presse TLF L’Autorité de la concurrence vient de rendre sa décision à propos des présumées ententes dans le secteur de la messagerie. Il est reproché à vingt entreprises d’avoir eu des discussions sur la méthode de refacturation de la surcharge gazole en 2005 et d’avoir échangé des informations sur les revalorisations tarifaires annuelles entre 2006 et 2010.
Les condamnations qui interviennent 10 ans après les faits sont particulièrement lourdes et frappent 17 entreprises pour un montant total de 672 millions d’euros.

Cette décision, sensée condamner les dommages infligés au marché, a été prise en contradiction avec les faits observables pendant cette période qui démontrent l’absence d’effet concret de ces prétendues pratiques anti concurrentielles.

En effet, dès le 5 janvier 2006, la loi Perben a rendu obligatoire la refacturation de la surcharge gazole pour toutes les prestations de transport, légitimant ainsi les propositions formulées par la profession en 2005. De plus, les prix de la messagerie classique et de l’express n’ont cessé de baisser pendant toute la décennie, comme le prouve l’enquête trimestrielle menée par le Ministère des Transports. Ce dernier atteste d’ailleurs des lourdes pertes accumulées par le secteur dans ses éditions annuelles des Comptes du Transport.
En 15 ans, les faillites se sont multipliées, plus de quinze mille emplois ont été détruits. Les pénalités infligées aujourd’hui vont encore aggraver la crise structurelle qui frappe cette activité. Les plus grandes entreprises, des groupes publics français, pourront s’en acquitter mais verront leur capacité stratégique réduite d’autant. Les PME en sortiront très affaiblies, elles réduiront probablement leurs réseaux et procéderont aux ajustements d’effectifs nécessaires, elles pourraient devenir des cibles pour les groupes internationaux intéressés par l’acquisition de leurs activités. Les deux groupes internationaux qui ont dénoncé ces pratiques pour être partiellement exonérés des pénalités bénéficieront, eux, d’un avantage concurrentiel.

La protection du marché passe-t-elle par sa destruction ? L’Autorité de la Concurrence vient de poser la question.[...].


Consultez la suite du communiqué de presse

 

Le secteur de la messagerie durement frappé par une décision de l’Autorité de la concurrence was last modified: décembre 9th, 2021 by Union TLF