Vous n'êtes pas adhérent ?Adhérez
11/07/2017

Le projet de canal à grand gabarit seine-Escaut : vers un nouveau repli politique

Le projet de canal à grand gabarit seine-Escaut : vers un nouveau repli politiqueLa Ministre des transports, lors de sa récente interview par le journal les Echos, a confirmé la volonté affichée par le Président de la République de mettre en « pause » certains projets d’infrastructure.

Projet crucial pour l’avenir du fret fluvial en France et sa compétitivité européenne, le canal Seine Nord Europe pourrait être concerné par cette décision.

Ce canal doit relier les bassins des Hauts-de-France et de la Seine afin de développer le trafic fluvial français et le porter aux niveaux atteints par nos voisins de l’Europe du Nord et de l’Est. Il permet, de plus, la création d’activités variées sur les espaces portuaires.

L’Union TLF représentant l’ensemble des commissionnaires de transport utilisant le mode fluvial s‘alarme d’une option qui remettrait en question la construction de cette infrastructure, vitale pour bon nombre d’industriels et de logisticiens qui recherchent l’intermodalité et la massification de leurs flux logistiques.

Publié en 2016, le plan « France logistique 2025 » se fixe pour objectif de renforcer la compétitivité de la France et le développement harmonieux de ses territoires. Le Canal Seine Nord Europe s’inscrit précisément sur ces deux axes, en permettant des gains de coûts logistiques et en irriguant de nouveaux territoires.

Pour nous, le canal Seine Nord est plus qu’un projet, il est une infrastructure déjà programmée dont le coût de 4 milliards est financé à 40% par l’Europe et à 25% par les territoires.
D’ailleurs, la société de projet du canal Seine Nord a été créée par décret le 29 mars 2017 et certains travaux d’aménagements environnementaux ont déjà été engagés.

Le transport fluvial est un vecteur de compétitivité industrielle et de développement des territoires. Face aux enjeux climatiques, il apporte une solution de transport moins émettrice de gaz à effet de serre. Son développement doit donc être une priorité du gouvernement.

Pour Christine MOREL, Présidente de la Commission Fluviale de l’Union TLF :

« Le Canal Seine Nord Europe est un des outils d’architecture du réseau fluvial indispensable pour le tissu économique des territoires concernés. La France doit se mobiliser pour favoriser son ouverture vers l’Europe à d’autres modes que celui de la route et ainsi permettre à son économie de se renforcer et d’améliorer sa compétitivité.»

Consultez la suite du communiqué de presse

Télécharger

Le projet de canal à grand gabarit seine-Escaut : vers un nouveau repli politique was last modified: juillet 11th, 2017 by Union TLF