Vous n'êtes pas adhérent ?Adhérez
20/10/2017

Internet des Objets (IoT) dans le transport maritime

Internet des Objets (IoT) dans le transport maritimeLors de l’atelier maritime du Colloque « TIPS » dédié au Transport International des Produits de Sante », les différents acteurs de la supply-chain actifs sur le mode maritime ont échangé sur leurs rôles et leurs attentes. L’entreprise Traxens, qui était déjà intervenue lors de l’AG TLF en 2016, a clôturé l’atelier en présentant l’innovation du « Smart container » : l’IoT appliqué au conteneur.

Trois éléments à retenir

Consulter le Résumé complet de l'Atelier Maritime dédié au Pharma [Acès réservé aux adhérents]

  • Le mode maritime convainc de plus en plus la filière pharma (coût réduit du fret / équipements dédiés / manipulations réduites et risques limités d’excursion de température…)
  • Il y a néanmoins un besoin de standardisation des procédures (certification à l’exemple de l’aérien CEIV ?), d’accessibilité et de fiabilité des informations (« Data integrity ») pour respecter les bonnes pratiques de distribution de ces produits sensibles.
  • Les nouvelles technologies offriraient des solutions innovantes pour obtenir la confiance d’une filière exigeante.

La technologie de l’IoT dans le transport maritime pourrait ainsi répondre à la demande de suivi en temps réel des conditions de transport et de stockage des marchandises conteneurisées.

L’IoT pour une meilleure traçabilité et fiabilité des données

LES BONNES PRATIQUE REQUISES PAR LA FILIÈRE PHARMACEUTIQUE

  • Maintien et suivi de la température dirigée (monitoring pendant le transport et le stockage)
  • Traçabilité unique du médicament
  • Méthode assurant l’intégrité des données (Data integrity)
  • Evaluation des risques des solutions transport
  • Transparence dans la communication des courbes de températures
  • Equipements « reefers » disponibles avec certificats PTI (Pre-Trip Inspection)


Certains points sont mentionnés dans les Bonnes Pratiques de Distribution en Gros ( BPDG publiées par le Ministère des affaires sociales et de la santé). D’autres marchandises sensibles requièrent également des conditions de transport spécifiques : produits frais, périssables, marchandises dangereuses…. Le smart container pourrait-il répondre à ces différentes exigences ?

Internet des Objets (IoT) dans le transport maritime

IoT POUR LES CONTENEURS : VISIBILITÉ EN TEMPS RÉEL

Le « smart container » de Traxens permettrait dans un avenir proche d’obtenir des informations en temps réel grâce à l’installation de boitiers, rendant ainsi le conteneur connecté avec une visibilité 24/7 sur du « door-to-door ». (Site web : http://www.traxens.com/en/)

Informations qui pourraient potentiellement être transmises :

  • Température (déviation, excursion…)
  • Ventilation, pression de l’air, taux d’humidité
  • Ouverture et fermeture des portes
  • Localisation
  • Branchement / débranchement des conteneur reefer
  • Accélération, décélération, vibration, chocs des conteneurs …


container fleetLorsque les contraintes techniques (télécommunication partout sur le globe, dépense d’énergie du boitier...) seront levées pour développer le plein potentiel de l’IoT du conteneur, l’accessibilité dans le cloud des données en temps réel pourrait répondre aux exigences du transport de produits sensibles. Toutes les informations transmises permettront un monitoring rigoureux des conditions de transport du voyage et il serait également possible d’interagir sur les paramètres du conteneur (ex : changer le Setpoint). Les avantages induits sont nombreux : sécurisation du transport, correction en cas de défaillance, analyse améliorée des risques, réduction des litiges, suivi global de la disponibilité des équipements …

LES SOLUTIONS PARTICIPANT AU « SMART CONTAINER » : DE l’IT À l’IoT

Des solutions IT existent déjà pour transmettre l’information sur les conditions de transport. Certaines entreprises présentaient leurs produits sur le salon TIPS (Sensitech / Oceasoft/ Naocom / Cold Services / Blulog…). Si ces solutions permettent d’obtenir l’information a posteriori, elles n’offrent pas les mêmes avantages de visibilité globale sur l’ensemble des expéditions, d’instantanéité, d’accessibilité sur internet, de sécurité des données (avec les manipulations pour récupérer les données). Raisons pour lesquelles plusieurs entreprises travaillent à « connecter » le conteneur.

  • Data logger
  • Enregistreurs de température et d’humidité
  • Logiciels de Tracking/Tracing
  • Logiciel « REFCON » présent sur les navires et les terminaux (monitoring des conditions de température avec des sytèmes d’alertes) …

  • MAERSK propose son « Remote Container Management (RCM)» permettant de télécharger les conditions de température + les taux de O2/CO2 + le niveau de batterie du « reefer ». Il s’agit d’une solution proche de l’IoT qui fonctionne avec une puce GSM mais limitée aux seul conteneurs reefer.
  • « Blackberry Radar » (transmission d’informations plus fréquente)
  • « Loggino »
  • « Orbcomm » …

IOT

Limites et Enjeux de l’IoT

LIMITES DE L’IoT

Toutes les informations utiles au respect des normes réglementaires ou aux exigences requises par les bonnes pratiques de distribution ne pourront pas être uniquement produites par le conteneur intelligent, aussi intelligent soit-il. En effet le PTI (Pre-Trip Inspection), indispensable pour vérifier l’état du conteneur, nécessitera toujours un contrôle physique en amont et une relation directe entre l’armateur et le chargeur.

Un processus prédictif de maintenance des conteneurs pour prévenir toute panne du boitier connecté sera nécessaire.

L’archivage sécurisé des données transmises par l’IoT et durable sera également à prendre en compte afin d’éviter que l’information ne disparaisse au bout du « pipe »…

L’évaluation des risques relatifs aux itinéraires de livraison sera certainement facilitée par la consolidation de l’ensemble des données fournies par le smart container mais le travail d’analyse des diverses solutions transport demeurera.

ACCESSIBILITÉ DE L'INFORMATION

Le transfert d’information en temps réel via l’IoT paraît sans conteste une avancée très utile, tout comme ceraines solutions IT déjà présentes sur le marché. Un problème souvent évoqué par les chargeurs est celui de l’obtention des courbes de température par la compagnie maritime. Ce problème sera-t-il pleinement réglé demain avec le smart container ?

Priorité et propriété de l’information
Existe-t-il un risque de sélection, d’altération ou de non-divulgation quand les compagnies maritimes disposeront du droit de donner ou non certains accès à l’information? Cela pose la question de la propriété de l’information. Si l’information appartient en effet à ceux qui possèdent le « smart container », auront-ils la possibilité de retenir l’information à leur avantage? Traxens a mentionné la relation privilégiée de leur innovation avec les compagnies maritimes qui constituent les « clients de rang 1 » et qui pourront donner des droit d’accès aux « clients de rang 2 » : les chargeurs.

Les droits d’accès à l’information
Droits d’accès sélectifs, égalitaires, ou respectueux de la chaîne contractuelle ? Sur des marchés ou l’information en temps réel a une haute valeur (ex : le Pharma), comment seront définis ces droits d’accès aux données ? Le site de Traxens indique : « delivering the data to the right people at the right time ». Le pouvoir de donner des droits d’accès aux données devra respecter la chaîne contractuelle.

ENJEUX COMMERCIAUX ET JURIDIQUES

Les enjeux commerciaux liés à la data en temps réel

C. Enjeux commerciaux et juridiquesLes chargeurs pourraient également renseigner à terme des « sites-clés » (ex : lieu de chargement / de déchargement). La géolocalisation des conteneurs permettrait ainsi de contextualiser l’information transmise par les « smarts containers » et d’apporter de l’intelligence supplémentaire. Cette mise à disposition de l’information commerciale (connaissance des sites et des clients) volontairement ou involontairement, via notamment un tracing permanent des conteneurs, pourrait alors constituer un risque commercial pour certains flux.

Le conteneur intelligent transmettrait ainsi de nombreuses informations utiles sur le « merchant haulage ». La consolidation de ces données permettrait alors aux compagnies maritimes d’avoir une vision globale des transports door-to-door, et ainsi par le Big Data obtenir des « Big Answers ».

La valeur juridique de ces informations
Quelle sera la valeur juridique de ces informations ?  Quelles preuves apporteront-elles en cas de litige ? Comment assurer l’intégrité de l’information ? Toutes ces informations seront-elles la propriété unique de l’armateur quand bien même celles-ci pourraient renseigner sur des opérations en dehors de sa responsabilité? Pour l’instant : peu de réponses.

Conclusion

Les enjeux commerciaux et juridiques autour de la data, de manière générale, ne sont plus à démontrer. Il importe néanmoins de bien les identifier. Les avantages de l’IoT sont évidents, encore faut-il qu’ils profitent de manière équilibrée à l’ensemble des acteurs de la Supply Chain avec un business model « where all stakeholders can share the benefits » comme indiqué sur le site de Traxens.

Articles utiles sur le thème :

Antoine SEBASTIEN Délégué aux Affaires MaritimesAuteur

Antoine Sebastien
Délégué Commission Maritime - TLF Overseas
asebastien@e-tlf.com

Internet des Objets (IoT) dans le transport maritime was last modified: octobre 20th, 2017 by Union TLF