Vous n'êtes pas adhérent ?Adhérez
24/07/2018

Paper AIRWAYBILL surcharge, positive incentive ?

Paper AIRWAYBILL surcharge, positive incentive ?Pour mémoire récente, nous avions consacrés la Commission aérienne TLF OVERSEAS du mois de Mai au développement de l’efreight et ses implications entre acteurs principaux de l’industrie general cargo (shippers, commissionnaires, gsa, compagnies aériennes, agents de handling).

A ce titre, nous avions conviés une trentaine de compagnies aériennes, ainsi que les GSA (general sales agent) et les agents de handling (GHA) commissionnaires et compagnies.

Les réflexions de cette Commission avaient notamment mis en lumière un intérêt croissant des entreprises pour tout ce qui relève de la dématérialisation de leurs process papier pour le traitement de leurs flux aériens (eAirwaybill, eCSD, eDGD, projet One Record certes encore embryonnaire…).

A n’en pas douter, l’aérien pour le transport de marchandises est le mode de transport le plus avancé actuellement en termes d’initiatives visant à dématérialiser l’ensemble des documents d’accompagnement du cargo (eAirwaybill, eConsignement Security Declaration, eDangerous Goods Declaration…) mais force est de constater qu’au terme de près de 10 années de programme efreight au niveau mondial, les résultats enregistrés par l’industrie sont mitigés.

Aerien

Constat

Les statistiques publiées actuellement par IATA font apparaître un taux mondial d’environ 53% d’Airwaybill électronique à l’export avec un taux en dessous de 50% pour le Marché français. Pas si mal mais l’industrie peut mieux faire, surtout avec un aéroport majeur en Europe comme l’est Roissy-CDG en termes de flux cargo.

Les gains apportés par cette dématérialisation sont-ils réellement perçus par tous les acteurs ? et sont-ils seulement tangibles ? Là est la vraie question. Quel intérêt à la dématérialisation si à l’arrivée l’entreprise doit imprimer ce qui a été émis électroniquement au départ ?

Les gains mesurés sont en réalité faibles à ce jour car les commissionnaires doivent toujours composer avec 2 méthodes de travail différentes (procédure manuelle et transmission EDI – échanges de données informatisées), avec de surcroît des clients shippers qui ne comprennent pas toujours l’intérêt de dématérialiser les documents de transport.

A cela s’ajoutent d’autres freins, comme l’absence d’engagement de certaines compagnies aériennes pour engager la démarche e-freight en France (validation du siège qui se fait attendre localement).

  • Toutes n’ont pas une bonne connaissance du e-process, un délai important est nécessaire pour la mise en place des démarches avec les sièges monde des compagnies (systèmes informatiques pas prêts à communiquer avec ceux des commissionnaires de transport, y compris les systèmes des compagnies avec leurs sous-traitants agents de handling, projets EDI incomplets pour l’intégration des données).
  • Les commissionnaires de transport sont obligés de traiter directement avec les sièges monde pour faire accélérer les choses.

De même, une utilisation des standards de messages électroniques différents entre tous les acteurs qui pose encore problème selon les destinations, associée à un besoin de généralisation du format Cargo-XML pour une meilleure normalisation du messaging.

Enfin, la nécessité d’une montée en puissance et d’une meilleure formation des équipes sur les stations de province des entreprises pour une meilleure homogénéité dans le traitement des process dématérialisés.

Airwaybill paper fee

A l’heure où l’on commence à enregistrer des initiatives de compagnies aériennes appliquant à leurs clients des surcharges fee pour toute remise de LTA papier au lieu de sa version électronique, il serait préjudiciable à toute l’industrie que ce genre d’incentive inversé se généralise alors même que beaucoup d’airlines ne sont pas encore en mesure de proposer un e-process robuste et fiable à leurs clients.

Aerien

Leviers d’actions

L’action de la Commission aérienne de TLF OVERSEAS est de continuer à encourager vivement les professionnels à se saisir de cette mutation digitale et ne pas attendre d’être au pied du mur.  Cela ne marchera qu’avec une volonté de chacun, à commencer par celle du top management.

  • Continuer d’impulser le mouvement auprès des compagnies aériennes et travailler avec leurs associations professionnelles comme le SYCAFF et IATA à plus large échelle pour convaincre celles qui sont encore réticentes.
  • Accentuer la demande de support auprès des agents de handling des compagnies aériennes et encourager les agents de handling commissionnaires à aller de l’avant et moderniser leurs process électroniques.
  • Percer le plafond de verre des 49,3% de taux d’e-Airwaybill sur le Marché France et tendre vers l’objectif des 80 %, sans quoi nous aurons toujours une réticence des opérateurs de la chaîne du fret aérien.
  • Sensibiliser et améliorer les relations avec les stations de province, avec une reconnaissance et une utilisation homogène du CIN par tous les opérateurs et les services douaniers afin d’en permettre un déploiement accéléré.
  • Etre attentif aux évolutions technologiques (data platform, technologie blockchain) où chacun à terme pourra apporter ses informations en une seule transmission.
  • Bénéficier d’un accompagnement pérenne et régulier de la Direction générale des Douanes et des différentes Directions interrégionales sur l’aspect e-Douane, sur les facilitations douanières promises aux entreprises et avec le support de CIN France.
  • Maintenir l’effort et l’exigence de réunions techniques communes interprofessionnelles avec les opérateurs et l’ensemble des parties prenantes de l’industrie du fret aérien comme le fait régulièrement TLF OVERSEAS, l’ACFA doit également nous aider à cela.

Pour conclure

Votre organisation professionnelle TLF OVERSEAS continue son action et continuera d’agir énergiquement pour l’intérêt et la performance de ses entreprises adhérentes.

Délégué Commission Aérienne : Florent NobletAuteur

Florent Noblet
Délégué Aérien - TLF Overseas
fnoblet@e-tlf.com

Paper AIRWAYBILL surcharge, positive incentive ? was last modified: juillet 24th, 2018 by Union TLF