Vous n'êtes pas adhérent ?Adhérez
17/12/2018

Assemblée professionnelle TLF/FNTR Ile-de-France du 28 novembre 2018

Assemblée professionnelle TLF/FNTR Ile-de-France du 28 novembre 2018 Elle réunissait Hervé Levifve conseiller technique de Christophe Najdovski - Adjoint au Maire de Paris en charge des Transports et de la Qualité de l’air ; Xavier Vanderbise - Vice-président du Conseil Départemental de Seine et Marne en charge des mobilités ;Marc Sandrin - Président du Groupe de Travail Mobilité du Plan de Protection de l'atmosphère d'Ile de France et Jean-Jacques Guillet — Président du Sigeif (syndicat intercommunal pour le gaz et l’électricité en Ile de France).

Une intervention de Patric Ollier, Président de la Métropole du Grand Paris, en ouverture des discussions, a rappelé la décision prise par cette instance de créer une zone à faible émissions (ZFE) à l’intérieur du périmètre de la A86 interdisant la circulation des véhicules les plus polluants à partir de 2019 et la création d‘une plate-forme numérique répertoriant les aides à l’acquisition de véhicules propres.

Table-Ronde sur le transport et la logistique en zone urbaine

M. Levifve a rappelé le principal objectif du plan pollution de la Ville de Paris qui vise à supprimer les véhicules diesel d’ici 2024. Face à l‘augmentation inéluctable de la population des métropoles et donc de la circulation, il prône une meilleure utilisation de la route : « réservée aux personnes qui massifient : le transport de marchandises, le covoiturage ». Quant à l’organisation des livraisons en ville :

« il y a 9 000 aires de livraisons dans Paris. Il est prévu d’installer des capteurs pour enregistrer le temps d’occupation qui ne doit pas excéder 30 mn. D’autres expérimentations sont en cours »

M. Sandrin a indiqué que la France est en infraction quant à l’exposition de ses populations à la pollution laquelle dépasse les normes européennes. Le parc de véhicules le plus polluant étant celui des VUL, les artisans et les livreurs doivent bénéficier d’aides à l’acquisition de véhicules. Le travail doit aussi porter sur la réduction des distances entre le point de préparation des expéditions et le point final de livraison, qui a triplé en 40 ans en aménageant davantage de lieux de préparations de tournées en ville. Le rapprochement des grandes plates-formes logistiques situées en deuxième couronne avec les gares de transport combinés située en première couronne semble beaucoup plus problématique.

M. Guillet a souligné que la France était en retard dans la fourniture de GNV :

« Construire une station coûte près de 2 M€, occupe 2000m2 et sa rentabilité est de 15 ans. Les opérateurs privés ne se sont pas bousculés. C’est pourquoi l’initiative publique a pris les devants. Nous prévoyons l’ouverture de 10 stations en Ile de France d’ici 2023 mais aucune n’est prévue dans Paris intramuros »

M. Vanderbise a promu les initiatives et expérimentations du département de la Seine et Marne en matière de mobilité. Parmi elles figurent le développement du transport fluvial, de stations de méthanisation, les camions autonomes etc.

Les interventions de l’assistance ont souligné les freins à l’acquisition de VUL GNV : fiscaux (récupération de TVA), coûts d’entretien et rentabilité à plus long terme.

Assemblée professionnelle TLF/FNTR Ile-de-France du 28 novembre 2018

Assemblée professionnelle TLF/FNTR Ile-de-France du 28 novembre 2018

Assemblée professionnelle TLF/FNTR Ile-de-France du 28 novembre 2018 was last modified: décembre 17th, 2018 by Union TLF