Vous n'êtes pas adhérent ?Adhérez
02/07/2020

Vive inquiétude des entreprises de la chaîne transport et logistique face à la crise, l’Union TLF rappelle que la transition écologique ne peut se faire au détriment de la compétitivité du secteur

Vive inquiétude des entreprises de la chaîne transport et logistique face à la crise L’Union TLF rappelle que la transition écologique ne peut se faire au détriment de la compétitivité du secteurA l’occasion de son Assemblée Générale qui s’est tenue ce jeudi 2 juillet, l’Union TLF publie les résultats d’une enquête menée auprès de ses adhérents sur l’impact économique et social de la crise et les conditions très fragiles de la reprise. L’Union TLF rappelle que la transition énergétique ne peut se faire qu’en tenant compte de la rentabilité du secteur.

Un choc violent au plus fort de la crise : la moitié des entreprises ont perdu plus de 50 % de leur activité

L’arrêt brutal de pans entiers de l’économie française pendant la crise a eu des conséquences très lourdes pour les entreprises de transport et de logistique. Le secteur a
subi une désorganisation totale des plans de transport avec, d’un côté, la surdemande dans le secteur de l’alimentaire et, de l’autre, l’arrêt de l’industrie.

Concrètement :

  • 53 % des entreprises ont exercé moins de 50 % de leur activité ;
  • Pour 10 % d’entre elles, l’arrêt de l’activité était total.

Déconfinement : une reprise incertaine et fragile

Même si 82 % des entreprises ont repris partiellement, l’avenir reste très incertain pour la plupart d’entre elles :

  • 54 % déclarent avoir toujours des salariés en activité partielle ;
  • 2/3 des répondants déclarent que les surcoûts liés au Covid ne sont pas du tout acceptés par les clients (équipements de protection individuelle et aménagement des locaux) ;
  • Plus de la moitié (56 %) considèrent la situation de leur trésorerie tendue.

Perspectives inquiétantes sur le 2ème semestre 2020 et 1er semestre 2021

Alors que 60 % des répondants s’estiment « inquiets » ou « très inquiets » concernant le second semestre :

  • 58 % n’envisagent aucun recrutement d’ici fin 2020 ;
  • La majorité des entreprises considèrent que la crise leur a fait perdre de la compétitivité par rapport à leurs voisins européens.

La transition énergétique ne doit pas passer par une pression fiscale supplémentaire !

Déjà fortement engagée dans un process ambitieux de transition énergétique sur le moyen terme avec des objectifs clairs, chiffrés et validés par les pouvoirs publics tant nationaux qu’européens (- 15 % des émissions de CO2 à 2025, - 30 % des émissions de CO2 à partir de 2030), l’Union TLF s’opposera à toute nouvelle pression fiscale au détriment de la compétitivité et l’attractivité du secteur.

À la suite des annonces du Président de la République ce lundi 29 juin dans le cadre de la Convention Citoyenne pour le climat, l’Union TLF appelle le Gouvernement à penser la transition énergétique du secteur en tenant compte de la réalité économique des entreprises.

ÉRIC HÉMAR Président de l’Union TLF

Eric Hémar

« Pour nos entreprises dont l’activité a été reconnue essentielle pendant la crise, l’enjeu de la transition énergétique est trop sérieux pour être soumis à des décisions court-termistes et contradictoires. Nous attendons des pouvoirs publics qu’ils misent enfin sur nous, sur nos métiers, sur notre profession pour nous aider à passer ce choc et préparer le fret de demain : compétitif, durable, attractif et innovant »
déclare Eric Hémar, Président de l’Union TLF.

Consulter le communiqué de presse

Télécharger

Vive inquiétude des entreprises de la chaîne transport et logistique face à la crise, l’Union TLF rappelle que la transition écologique ne peut se faire au détriment de la compétitivité du secteur was last modified: juillet 2nd, 2020 by Union TLF