Hommage à Jean de Chauveron

Vous n'êtes pas adhérent ?Adhérez
30/09/2020

Hommage à Jean de Chauveron

Hommage à Jean de Chauveron Un homme d’Honneur de grande valeur vient de nous quitter.

J’ai eu la joie d’œuvrer à ses côtés pendant plus de 20 ans au sein de la «Chambre des Loueurs» et d’apprécier cet homme délicieux d’exception.

Jean débute comme Directeur du CNL Comité National des Loueurs sous la Présidence d’un autre homme d’exception, Gaston Trochery. Et quand le délégué général de la Chambre des loueurs, Joly quitte celle-ci pour retourner à la RATP, la profession choisit Jean de Chauveron pour lui succéder.

La culture de cette chambre syndicale portée par tous ces hommes, et par ses administrateurs chefs d’entreprises tels, Charles André, Pierre Clément, Gérard Fraikin, Florian Walewski, Michel Carré, ainsi que ceux qui en deviendront Présidents, Georges Rateau et Claude Cans, puis Georges Meylan, et Alain Fauqueur, Claude Blot s’est enrichie des valeurs et des talents de Jean de Chauveron. Ainsi cette Chambre des Loueurs se distinguait alors dans ce monde très réglementé, par son caractère libéral mais responsable. Et la plume de Jean de Chauveron, admirateur de Julien Gracq, avec lequel il pouvait rivaliser par ses poèmes, traduisait sa pensée et ses valeurs. La meilleure preuve en était que le fameux « Feuillet Bleu » qu’il rédigeait chaque semaine, était attendu par les adhérents, leurs clients, et l’administration, comme le passage du facteur porteur des bonnes et mauvaises nouvelles, ou l’émission littéraire de Bernard Pivot.

Homme d’écoute, de concertation et d’innovation, il avait su donner cet esprit de club à la profession en créant le CRL, Comité de Réflexion pour la Location, qui permit à la profession des Loueurs, de s’adapter en anticipant les mutations de la règlementation vers un mouvement de libéralisation, en développant une culture de marché par l’innovation pour affronter la mise en concurrence, et non de protection.

Jean de Chauveron à droite, Georges Drouin à gauche

A gauche de l'image : Georges Drouin  - A droite : Jean de Chauveron

Jean était un homme discret, refusant les honneurs et les médailles, appliquant le principe des loueurs, être sérieux sans se prendre au sérieux, ce qui n’a pas empêché l’un de ses fils, d’être producteur de films décoiffants dont « Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?».

Si je n’ai jamais entendu Jean « dire du mal » de qui que ce soit, c’est dire sa délicatesse, durant mes années de Présidence du CNL comme de celle de la Chambre des Loueurs, une des décisions les plus importantes que nous ayons eu à proposer au Conseil d’administration fut la demande d’étendre la représentativité de la chambre syndicale dans le domaine du transport routier  au-delà de celui de la location de véhicules, ce qui engendrait une importante tension vis à vis des autres organisations professionnelles représentatives, suite aux désaccords avec celles-ci sur la conduite à tenir lors des blocages de route qu’elles imposaient en juillet 1992. La Chambre des Loueurs se transforme alors en CLTI, Chambre des Loueurs et Transporteurs Industriels.

Heureusement, cette décision a permis par la suite lors du rapprochement avec la FFOCT pour créer TLF, de permettre à la CLTI de devenir avec les organisateurs de transports la principale organisation représentative du secteur du transports, tous modes d’activités réunis.

Après la création de TLF, Jean de Chauveron cessa ses fonctions au sein des organisations professionnelles pour se consacrer en particulier à sa passion, ses poèmes, et cultiver sa Sagesse.

Georges DROUIN
Ancien Président de la CLTI

Hommage à Jean de Chauveron was last modified: septembre 30th, 2020 by Union TLF