Vous n'êtes pas adhérent ?Adhérez
05/02/2021

« Mesdames et messieurs les politiques : le transport propre passera d’abord par le camion propre ! » Alexis Degouy Directeur Général de l’Union TLF

« Mesdames et messieurs les politiques : le transport propre passera d’abord par le camion propre ! » Alexis Degouy Directeur Général de l’Union TLF

 

Cette semaine, découvrez le témoignage de :

Alexis Degouy, Directeur Général de l'Union TLF.

Membre du Comité directeur Union TLF.

Il était l'invité de l’édito de notre Newsletter du 05 février 2021.

Alexis Degouy

Alexis Degouy

Alexis Degouy Directeur Général de l'Union TLF

« La semaine prochaine, le Gouvernement devrait présenter son projet de loi issu des travaux de la Convention Citoyenne sur le Climat.

Alors même que les transporteurs et les constructeurs n’ont eu de cesse, année après année, de s’engager pour diminuer l’empreinte écologique de leurs activités, permettant en 30 ans de réduire la consommation d’un poids lourd d’environ 30%, et les émissions de particules fines de plus de 95% ; sur la transition énergétique du transport routier de marchandises, il n’y aura malheureusement aucune ambition, aucune perspective, aucun principe de réalité économique. Seulement des propositions de taxation : avec la fin du remboursement de la TICPE à horizon 2030 et des écotaxes régionales.

Cette « ligne verte » promue par les pouvoirs publics ressemble très fortement à une exécution programmée en 2030 pour le TRM français...
Car en 10 ans, cette trajectoire est non seulement intenable mais aussi contreproductive.
Intenable car la disponibilité des véhicules à énergies alternatives, leur accessibilité et le développement des stations d’avitaillement sur l’ensemble du réseau ne pourront pas permettre le renouvellement d’un parc de 600 000 poids lourds, dont 98% sont encore au diesel.
Si l’on devait remplacer toute la flotte en une fois, cela coûterait aujourd’hui plus de 200 milliards d’euros, soit près de 20 milliards d’euros par an pendant 10 ans. Pour un chiffre d’affaires du TRM qui tourne autour de 50 milliards d’euros par an…
Contreproductive parce que la rentabilité des entreprises de TRM (moins de 1 milliards par an) serait anéantie par la suppression du mécanisme de ristourne de TICPE.
Sans rentabilité, il n’y aura pas d’investissements possibles et les aides d’Etat actuelles ne permettent pas de couvrir le fossé entre le TCO d’un Euro6 et celui d’un camion électrique. La conséquence serait, non pas une accélération du renouvellement des véhicules, mais au contraire un ralentissement…
Et les solutions de report modal ne peuvent pas constituer l’alpha et l’oméga des politiques. Même avec une forte croissance du fret ferroviaire et fluvial, à laquelle nous croyons et que nous encourageons fortement chez TLF, le camion restera l’outil très largement majoritaire (au moins 75%) de gestion des flux en 2050. Il représente aujourd’hui la seule possibilité, sur une très large partie du territoire français, de faire le lien entre les exploitations agricoles, les usines, les commerces et les Français.

Le transport propre passera donc par le camion propre : à condition de faire confiance aux professionnels et de ne pas les condamner d’ici là.

Soyez assurés de toute la mobilisation et la fermeté de votre fédération pour défendre cet enjeu crucial pour notre profession, mais aussi pour l’économie tout entière. »

« Mesdames et messieurs les politiques : le transport propre passera d’abord par le camion propre ! » Alexis Degouy Directeur Général de l’Union TLF was last modified: février 5th, 2021 by Union TLF